Adieu mon bel amour...

 

1880015395_small_1

Si je ne devais retenir qu'une seule chose de notre histoire, ça serait le jour de notre rencontre.

Il est gravé en moi à tout jamais.

Tes yeux dans les miens et ta voix qui résonnait dans ma tête ont fait chavirer mon coeur de guimauve...

Toutes ces années avec toi m'ont fait grandir, évoluer, m'ont fait devenir l'homme que je suis aujourd'hui.

J'ai séduis le petit être fragile que tu étais.

J'ai cherché à te plaire pour mille raisons, mais la seule vraiment importante à mes yeux était de ne jamais te décevoir.

J'avais envie de combler tous tes désirs même les plus fous!

Je voulais voir dans tes yeux, dans ton regard, tout l'amour que tu avais pour moi.

J'ai redoublé d'efforts pour t'aimer d'avantage chaque jour qui passait.

Mon amour grandissant ne laissait plus de place aux doutes des premiers jours.

Je te voulais.

Je souhaitais que tu sois mienne.

Tu étais si sensible.

Tout ton être était si pur.

tu étais parfaite, celle que j'attendais.

Mais j'avais peur.

Peur de ne pas être à la hauteur, à ta hauteur.

Et pourtant, j'ai réussi.

J'ai vaincu ma peur.

J'ai réussi à te séduire.

A te faire chavirer, rire.

Mais aussi à pleurer...

Je ne l'ai pourtant pas souhaité, mais c'est arrivé.

Je t'ai déçu, déplu, agacé...

Malgré tout, tu as pardonné.

Pardonné mes maladresses, mes faux pas, fermé les yeux sur mes erreurs et tu as continué de m'aimer.

Je t'en ai aimé davantage.

Je lisais dans tes yeux comme dans un livre.

Tu croyais en moi comme je croyais en nous.

Nos moments de complicité, de joies, d'amour ont été renforcés par toute cette confiance que nous avions l'un pour l'autre.

Nous avons avancé ensemble, main dans la main.

Main que je t'ai demandé et que tu as refusé de me donner...

Tu ne voulais pas me donner quelquechose que tu n'étais pas sur de ne pas reprendre.

Tu me disais que tu me prêtais tes deux mains à la place de ne m'en donner qu'une.

Tu étais ma moitié, mon âme soeur.

Nous étions jeunes, nous étions libres, tu étais mon premier amour et nous étions fous, mais fous amoureux l'un de l'autre.

Assez amoureux pour qu'un jour de Février, tu me demandes l'impensable.

57ans que nous nous aimions.

J'avais 20 ans et toi 19 à notre rencontre.

Ta maladie se faisant plus pressante, tu n'as pas voulu te voir diminuée quand celle ci t'aurait vidé de toutes tes forces, de cette vitalité qui te caractérisait tant.

Tu m'as demandé de t'aider à partir.

Sans réfléchir, j'ai dis oui.

Tu t'es éteinte un matin de Mars dans mes bras, ceux qui t'ont serré tant de fois, t'ont fait danser et dans lesquels tu aimais te réfugier quand les frimas de l'hiver pointaient leur nez.

Je t'ai perdu mon amour.

Tu es partie sans moi pour ce long voyage et je ne peux me résigner à ce départ pourtant prévu et inévitable.

Mais seuls quelques jours nous ont séparés.

J'ai moi aussi abrégé ma vie ne la concevant pas sans toi.

Plus rien ne me retenait dans ce monde devenu sans intérêts, sombre et vide.

Je suis mort quelques jours plus tard.

3128530676_1_2_FeegdwaC

Je t'aime mon amour...

 

 

Isabelle Garel

 

"Ce texte a été déposé et est protégé en vertu de l'article L. 111-2 du Code de la propriété intellectuelle, loi du 1er juillet 1992."