Lettre d'adieu...

téléchargement

Je pars.

La porte claque derrière moi, laissant cette vie présente devenir passée.

Il est 9h.

Pourquoi aujourd'hui et pas hier, ni même un autre jour d'ailleurs?

La pression était plus forte que d'habitude, je ne pouvais en supporter d'avantage.

Je quitte cette ville et tous ces gens sans intérêts, je quitte cette vie qui ne me va plus, qui ne me plaît plus.

J'emporte avec moi juste un dernier regard sur elle, elle, devenue insignifiante, juste pour me souvenir de ne plus vivre ni même supporter ça.

J'ai envie de vivre, de rêver à nouveau, de rire...d'être amoureuse, amoureuse de la vie, j'ai besoin d'autre chose.

Je veux sentir en moi cette passion qui m'a quittée depuis tant d'années.

Je désire être moi à nouveau et non pas celle que je suis à présent.

Celle qui au fil du temps est devenue une autre, celle que les gens voulaient que je sois.

L'ennui s'est emparé de moi, il m'étouffe, me comprime, me déstabilise, il me tue davantage chaque jour.

Mon âme meurt, tout mon être souffre.

Mon avenir s'est assombri, s'est terni, s'éteind doucement en silence.

Il faut que je parte.

Un aller sans retour possible.

Un aller loin de tout, loin de mon ancien moi.

Ils comprendront, j'en suis sûr et ne m'en voudront pas.

Ils...ceux qui me connaissent, ceux que j'aime, ceux qui m'aiment.

Je les laisse mais ne les abandonne pas.

Ils le savent.

Ils ne sont pas en cause dans cette décision.

Elle est bien la mienne, celle que je mûris depuis de longues semaines.

Un autre avenir m'attend et je vais m'appliquer à en écrire chaque ligne de la plus belle manière qu'il soit.

Ma vie va de nouveau avoir un sens et j'en serai actrice plus spectatrice.

Je vais l'aimer, l'apprécier et en savourer tous ces instant aussi futiles soient-ils.

La vie doit être colorée, je vais faire en sorte que la mienne soit multicolore, qu'elle soit un feu d'articifice quotidien.

Alors je pars, tout est prêt.

Adieu.

 

Isabelle Garel

 

"Ce texte a été déposé et est protégé en vertu de l'article L. 111-2 du Code de la propriété intellectuelle, loi du 1er juillet 1992."